Lancement du syndicat des métiers du numérique


Le syndicat des métiers du numérique naît dans un contexte de luttes sociales et de précarisation des travailleuses et travailleurs. Si le numérique n’est pas le secteur le plus affaibli, la solidarité et la lutte n’en sont que plus importantes.


Technicien.nes, devs, admins sys, devops, DBA, graphistes et bien d’autres doivent naviguer dans une branche professionnelle délétère sur le plan psychologique. Le manque de solidarité historique des métiers du numérique met l’ensemble des travailleurs et des travailleuses en danger. Entre une pression constante à produire plus de contenu vide de sens et une logique de renforcement du capitalisme de la surveillance, il est plus que temps de nous réapproprier notre force de travail ainsi que notre domaine de lutte.

N’est-ce pas le potentiel d’impact sur le monde qui nous a poussé à exercer ces métiers ? Démontrons cet impact, refusons de participer au capitalisme de la surveillance, outil de perfectionnement des oppressions. Nous réclamons également un traitement digne et une prise en compte de l’impact psychologique de nos métiers.


Salariés, indépendants et sous-traitants, notre combat est le même. Faire valoir nos droit et nous réapproprier le domaine des hautes technologies et de la création numérique.


Notre priorité est de nous fédérer et de nous former sur le cadre légal dans lequel nous évoluons. Rompre cette sensation d’être seul face à une machine à écraser.


Notre combat n’est pas isolé. Le syndicat des métiers du numérique est affilié sur le plan interprofessionnel à la CNT-Solidarité Ouvrière qui œuvre pour la défense des droits de tous.tes les travailleurs.euses et porte un projet de transformation sociale révolutionnaire et autogestionnaire.

Pour nous rejoindre ou nous contacter:

Réforme de l’assurance-chômage, Travailleur·euses de la culture et du spectacle : pas de retrait, pas de reprise !

Après plus de deux mois de mobilisation au sein des lieux culturels occupés, le gouvernement et les grandes directions de salles agissent de concert pour asphyxier le mouvement : expulsions, pressions sur divers collectifs locaux et annonces de mesures superficielles. En effet, si les intermittent·es gagnent un sursis de seulement 4 mois avec la prolongation de l’année blanche, l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage au 1er juillet 2021 promet un avenir toujours plus sombre pour l’ensemble des salarié·es qui verront leurs indemnités baisser et parfois disparaître.

Restauration : protège-toi, syndique-toi !

Les travailleuses et travailleurs de la restauration ont été durement touché-es par la crise sanitaire : perte de revenus avec le chômage partiel ou absence totale de droits pour nombre d’entre-nous non déclaré-es… La reprise progressive du travail ne doit pas être synonyme de nouveaux sacrifices sur nos droits : l’exploitation et le mépris ça suffit ! Organisons-nous syndicalement avec la CNT-SO !

TRAVAILLER CHEZ NOZ : UN VRAI CAUCHEMAR !

Face aux conditions de travail, aux atteintes à nos droits et au mépris de la direction, nous appelons les travailleurs et travailleuses de la chaîne de magasins NOZ à rejoindre la CNT-SO !

En 2021, protège-toi : syndique-toi !

Se syndiquer, c’est rompre l’isolement, c’est dire NON à l’exploitation et au mépris, c’est résister et lutter ensemble pour défendre ses droits et en gagner de nouveaux ! Rejoins ton organisation de classe !

Maintien des examens : stop à la mascarade  !

Blanquer l’a confirmé : il maintiendra en présentiel les épreuves du baccalauréat et des BTS. Alors que l’épidémie circule toujours activement et que, depuis plus d’un an, élèves et enseignant·es doivent composer avec des conditions d’enseignement chaotiques, ce maintien est un non-sens pédagogique et sanitaire.

Livreurs contre l’exploitation 2.0 on s’organise !

Avec de multiples condamnations judiciaires et avancées pour la reconnaissance du statut des livreurs en Europe, le vent tourne pour les plateformes… En 2022, des élections professionnelles auront lieu pour élire des représentant.es, cela ne doit être qu’une étape vers la reconnaissance totale de nos droits salariaux, sociaux et syndicaux. Livreurs, avec ou sans-papiers, on s’organise avec la CNT-SO et on revendique pour nos droits !

1er mai, pour l’honneur des travailleur·euses et un monde meilleur, soyons nombreux·euses dans la rue !

Le 1er mai est toujours une date importante pour le mouvement syndical. Ce n’est pas la « fête du travail » mais depuis plus d’un siècle, une journée de lutte internationale où les travailleur·euses du monde entier portent les revendications du camp du Travail pour le progrès social et l’égalité, nos aspirations à un monde libéré de l’exploitation au profit d’une minorité.

1er mai : journée internationale de lutte des travailleurs et travailleuses

Communiqué du Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes, pour le 1er mai.

Education : dossier spécial rentrée avril 21

Après une pause forcée, nous allons reprendre le chemin de nos établissements. Le contexte est morose : sécurisation du système scolaire insuffisante avec une situation sanitaire encore tendue, conditions de travail dégradées, mépris et mensonges d’un ministre de tutelle rarement aussi détesté par la profession… La COVID a permis de repousser très loin les limites de l’acceptabilité alors que les dotations pour la prochaine année scolaire sont en bernes, que les réformes austéritaires et managériales se poursuivent…
Syndicalistes, nous refusons pourtant de nous résigner et pensons que la solution viendra du collectif et d’un retour de nos mobilisations ! Les travailleur•euses du spectacle, les précaires, nous montrent le chemin avec leur mouvement déterminé d’occupation. Nous aussi, préparons le déconfinement des luttes, pour un printemps rayonnant !