Livreur-euses , contre l’exploitation en roue libre : on vote pour la liste CNT-SO avec le soutien de SUD Livreurs !

Pour la 2ème fois, des élections professionnelles sont organisées, du 22 au 30 mai 2024, pour élire les représentant·es des livreur·euses à l’A.R.P.E. La CNT-SO présente sa candidature, pour faire avancer la reconnaissance totale de nos droits salariaux, sociaux et syndicaux. 

Notre candidature est soutenue par SUD Livreurs (fédération SUD Commerce), organisation actuellement représentative mais écartée de ce scrutin (voir ici), avec qui nous partageons depuis plusieurs années, de nombreux combats auprès des livreur-euses : actions juridiques communes  (dont contre Frichti aux Prud’hommes et Deliveroo au pénal), mobilisations (dont le mouvement des livreurs sans-papiers pour la régularisation). 

On ne lâchera rien pour faire entendre la voix des livreur-euses avec une alternative syndicale indépendante des plateformes et de l’Etat pour la reconnaissance de nos droits !  

……………………………

Pour voter en ligne, cliquez ici

Comment voter ? Retrouvez le mode d’emploi en cliquant ici

……………………………

Profession de foi
Matériel de campagne

Livreur-euses : Contre l’exploitation en roue libre !

Pour la 2ème fois, des élections professionnelles sont organisées en mai 2024, pour élire les représentant·es des livreur·euses à l’A.R.P.E. La CNT-SO a présenté sa candidature, pour faire avancer la reconnaissance totale de nos droits salariaux, sociaux et syndicaux. 

Pour ce scrutin nous avons prévu d’unir nos forces avec SUD Livreurs (fédération SUD Commerce), organisation actuellement représentative, avec qui nous partageons depuis plusieurs années, de nombreux combats auprès des livreur-euses : actions juridiques communes  (dont contre Frichti aux Prud’hommes et Deliveroo au pénal), mobilisations (dont le mouvement des livreurs sans-papiers pour la régularisation). 

Après avoir été écartées du scrutin par l’A.R.P.E, nos organisations ont déposé des recours devant la justice  pour faire invalider cette décision scandaleuse  ! Après le délibéré du 06 mai, le tribunal judiciaire de Paris a rétabli notre candidature qui sera soutenue par SUD Livreurs (voir ici).

On ne lâchera rien pour faire entendre la voix des livreur-euses avec une alternative syndicale indépendante des plateformes et de l’Etat pour la reconnaissance de nos droits !  

Livreur·euses, avec ou sans-papiers, on s’organise pour défendre nos droits et en gagner de nouveaux !

Pour la 2ème fois, des élections professionnelles sont organisées en mai 2024, pour élire les représentant·es des livreur·euses à l’A.R.P.E. La CNT-SO a présenté sa candidature, pour faire avancer la reconnaissance totale de nos droits salariaux, sociaux et syndicaux.

Notre candidature a reçu le soutien de SUD Livreurs, organisation actuellement représentative mais écartée de ce scrutin (voir ici)

Au-delà des élections, il faut s’organiser et se mobiliser collectivement : seule la lutte paie !

Avec la CNT-Solidarité Ouvrière revendiquons :

Hausse immédiate des tarifs

Le paiement de toutes les heures travaillées (y compris le temps d’attente) et pas de rémunération horaire inférieure au SMIC (incluant les cotisations sociales)

Une prime d’entretien des véhicules (vélos, scooters…)

L’ouverture dans toutes les villes de locaux de pause pour les livreur·euses

La régularisation des travailleur·euses sans-papiers

La reconnaissance du statut de salarié·e et le bénéfice de tous les droits sociaux (sécu, chômage, congés…) et syndicaux (mise en place de CSE par plateformes…)

La création d’un statut collectif dans une convention collective

Livreurs des plateformes : attention aux effets d’annonces trompeurs du gouvernement !

Le gouvernement communique beaucoup sur l’avancée sociale que constituerait l’accord sur la tarification pour les livreurs des plateformes. Cinq organisations syndicales du secteur répondent dans un communiqué unitaire pour rétablir la vérité sur cet accord bidon, dans le cadre de l’ARPE.

Mouvement des livreurs en colère : à Lyon aussi on s’organise ! 2ème réunion publique, lundi 09 janvier

Depuis début septembre, des centaines de livreurs en colère se sont organisés à Paris avec le soutien de l’intersyndicale dont la CNT-SO.

Ils manifestent :

  • contre les déconnexions arbitraires des plateformes,
  • pour l’amélioration des conditions de travail et de rémunération e
  • pour la régularisation des livreurs sans-papiers …

Pour gagner, le mouvement doit devenir national ! A Lyon aussi on peut s’organiser et lutter pour nos droits !

Réunion publique

à L’Annexe
27 rue Salomon Reinach 69007
le lundi 09 janvier à 14h30
pour organiser le mouvement

Un juriste sera là pour répondre à vos questions. Soyons nombreux !

 

Livreurs UBERisés en colère : la mobilisation continue !

Contre les déconnexions arbitraires, pour la régularisation des livreurs sans-papiers et pour l’amélioration des conditions de travail et de rémunération… Les livreurs UBER EATS, comme des autres plateformes, sont en colère et s’organisent avec le soutien intersyndical du CLAP, de SUD Commerce et de la CNT-SO.

Nous étions près d’un millier à la manifestation organisée le lundi 12 septembre tout comme à la manifestation véhiculée 2 roues du 01er octobre. Nous nous sommes aussi fait entendre à la première réunion de l’Autorité des relations sociales des plateformes d’emploi (ARPE) le mercredi 26 octobre. Nous étions de nouveau massivement mobilisés le dimanche 30 octobre avec la manifestation véhiculée « Le Tour de Paris #2 » puis le samedi 19 novembre pour manifester en direction du ministère de l’Intérieur.

Faute de réponses satisfaisantes des plateformes comme de l’État (voir ici, le courrier de l’intersyndicale au gouvernement, pour la régularisation des sans-papiers), le mouvement va continuer sur la durée et nous visons directement les enseignes qui profitent de l’UBERérisation. Plusieurs mouvements de grève ont touché les restaurants Mac Donalds en décembre… Nous travaillons au développement du mouvement dans d’autres villes comme à Lyon (voir ici). Ce n’est que le début !

Historique de la mobilisation 👇

Action au siège de l’ARPE à Paris, le 26 octobre 2022

…………………………

Manifestation du 12 septembre 2022

………………

Communiqué de la CNT-SO

Livreurs des plateformes, avec ou sans-papiers, on s’organise !

Baisse des revenus avec la réduction des tarifs et le coût toujours plus lourd des véhicules à notre charge, déconnexions arbitraires et chasse aux livreurs sans-papiers, absence de droits sociaux (sécu, chômage, congés)… Le maintien forcé dans le statut d’auto-entrepreneur c’est une existence sans droits pour les travailleur·euses UBERisés !

En France, le gouvernement refuse toujours de reconnaître nos droits de salariés mais avec de multiples condamnations judiciaires et avancées pour la reconnaissance du statut des livreurs en Europe : le vent tourne pour les plateformes…

Le quotidien des livreurs doit maintenant changer ! Livreurs, avec ou sans-papiers, on s’organise avec la CNT-SO et on revendique collectivement pour défendre nos droits et en gagner de nouveaux  !

Se syndiquer à la CNT-SO

Téléchargez le tract au format pdf

………..

Tract CNT-SO livreurs sans-papiers

L’intersyndicale des livreurs interpelle le gouvernement sur la situation des sans-papiers UBERisés

Les déconnexions arbitraires de livreurs des plateformes se sont multipliées au prétexte de pseudos «utilisations frauduleuses». Cela cache mal une chasse aux sans-papiers totalement hypocrite alors qu’UBER comme les autres plateformes ne peuvent ignorer que leur modèle économique repose massivement sur l’exploitation de travailleurs précaires et sans-papiers. Les livreurs sans-papiers doivent pouvoir bénéficier comme les autres salarié-es des procédures de régularisation par le travail !

Dans la suite de la mobilisation massive à Paris du 12 septembre, l’intersyndicale des livreurs CLAP – SUD Commerces et CNT-SO interpelle directement le gouvernement en écrivant un courrier conjoint aux ministres de l’Intérieur de l’Économie et du Travail (ci-dessous). En attendant une évolution indispensable de leur statut, nous revendiquons la possibilité de régularisation par le travail pour tous-tes les travailleur-euses UBERisé-es, avec des preuves d’activité, dans le cadre d’un élargissement de la circulaire Valls de 2012.

Le combat continue : justice pour les livreurs !

Après le fiasco d’élections professionnelles au rabais, il faut maintenant avancer pour les pleins droits des travailleur-euses des plateformes

Les élections professionnelles organisées dans des conditions matérielles et juridiques déplorables par l’ARPE, ont tourné à la farce pitoyable avec seulement 1,83% de votants chez les livreurs des plate-formes.

La CNT-SO qui réalise 3,86% des 1371 voix exprimées, n’avait qu’un seul objectif pour la participation à ces élections : revendiquer publiquement la reconnaissance totale des droits salariaux, sociaux et syndicaux pour tous-tes les travailleur-euses UBERisé-es !

Pour autant nous avons toujours dénoncé la formule bâtarde, choisie par le gouvernement pour la « représentation » des livreurs, bien en dessous des droits pour la représentation générale des salarié·es dans les CSE et des garanties globales d’une convention collective. Celle-ci ne visait qu’à ménager leurs amis du lobby des plate-formes. Elle est encore plus décalée avec la condamnation récente de DELIVEROO pour travail dissimulé qui reconnaît de fait les livreurs comme des salariés déguisés.

Comme annoncé depuis plusieurs semaines, la CNT-SO a déposé une requête en annulation de ce scrutin dont l’audience est fixée au 07 juin. Notre requête se base sur de nombreuses irrégularités dans l’organisation et le déroulement du scrutin : bricolage juridique pour inscrire une candidature syndicale hors délais ; refus de communiquer les listes électorales aux organisations syndicales ; corps électoral ne recoupant pas l’ensemble des travailleurs des plate-formes concernées; nombreuses difficultés techniques pour pouvoir participer au vote...

Sur le fond nous contestons l’organisation d’un scrutin avec à la tête de l’ARPE, Bruno Mettling dont il est apparu qu’il avait participé au lobbying d’UBER sur la question même du soit-disant « dialogue social » pour les travailleur-euses des plateformes…

Ces élections bidons n’ont aucune légitimité ! Nous appelons à poursuivre le combat pour la reconnaissance du statut de salarié et l’obtention du plein bénéfice des droits du travail, sociaux et syndicaux pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses des plateformes.

Communiqué – élections plateformes

Deliveroo condamné pour « travail dissimulé » : le combat pour les pleins droits des livreur-euses continue !

C’est un grand jour dans le combat contre l’UBERisation avec la condamnation pénale des voyous de DELIVEROO pour « travail dissimulé ». La justice reconnait un système de fraude visant à détourner la réglementation du travail et dissimuler de manière systématique des milliers d’emplois qui auraient dû relever du salariat !
 
👉 Amende maximale de 375 000€;
👉 Condamnation de 2 anciens cadres dirigeants à 12 mois de prisons avec sursis et interdiction de diriger une société pendant 5 ans et 4 mois avec sursis pour un 3ème;
👉 Dommages et intérêts pour les livreur-euses et organisations parties civiles dont la CNT-SO.
 
L’URSSAF réclame elle 9,7 millions d’Euros d’arriéré de cotisations sociales !
 
Le combat continue pour la reconnaissance du salariat et le plein bénéfice des droits du travail, sociaux et syndicaux pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses des plateformes .
 
La CNT-SO poursuit le combat pour les pleins droits des livreur-euses et va déposer une requête visant l’annulation de la formule au rabais des élections professionnelles prévues en mai 2022.