Travailleur·euse·s des plateformes de livraison : contre l’exploitation 2.0 on s’organise !

Le confinement l’a encore montré : le maintien dans l’auto-entrepreneuriat forcé c’est une existence sans droits pour les travailleur·euse·s UBERisé·e·s ! Pour défendre ses droits et en gagner de nouveaux, il faut s’organiser collectivement. Syndiquez-vous !

Livreurs, c’est un contrat de travail ! Organisons-nous pour obtenir nos droits !

Livreurs des Plateformes, regroupons nous pour engager des procédures collectives et faire reconnaitre notre statut et nos droits de salarié !

Plateformes : les chartes sociales censurées, revendiquons le statut et les protections de salarié !

Décision importante pour les livreurs et travailleurs.euses des plateformes : le Conseil Constitutionnel censure des dispositions de la loi d’orientation des mobilités (LOM) sur les pseudos « chartes sociales » issues du lobbying des exploiteurs de l’UBERisation. Revendiquons le statut et les protections de salarié pour les travailleurs.euses des platesformes !

Plateformes de livraison : contre l’exploitation 2.0, on s’organise !

Sur le modèle UBER de l’auto-exploitation, les enseignes de livraison de repas (Deliveroo, UBER Eats…) multiplient les ouvertures de service dans toute la France mais pour les travailleurs-euses c’est une absence des droits les plus élémentaires ! Pour défendre ses droits et en gagner de nouveaux, il faut s’organiser collectivement. Syndiquez-vous !

Livreur à vélo : c’est un contrat de travail !

La Chambre sociale de la Cour de Cassation prend enfin position sur la relation existant entre livreurs à vélo et les plateformes numériques de livraison de repas ( arrêt n°1737 du 28 novembre 2018, -17-20.079-).

Après la faillite de Take Eat Easy, le scandale Foodora ?

La saison estivale est une nouvelle fois porteuse de mauvais augures pour les livreurs de la Foodtech. Après la faillite de Take Eat Easy en juillet 2016, le passage en force à la tarification à la course par Deliveroo en 2017, nous apprenons par la presse que Foodora est à vendre et souhaite se retirer du marché français.