Politique sanitaire : communiqué de la CNT-SO

Comme redouté, une nouvelle vague épidémique débute avec l’arrivée de la période froide en Europe. Comme d’habitude la réponse du gouvernement alterne entre autoritarisme et gestion à court terme, sans cohérence, visant plus à préserver «l’Économie» que la population. Il est temps de changer de cap et de revendiquer enfin une politique sanitaire non-autoritaire, populaire et anti-capitaliste !

 

 

……………………………………………………

Version du 22 novembre

cnt_so_communique_conf_novembre2021

……………………………………………………

Crise sanitaire & sociale : plateforme revendicative de la CNT-SO

Les secteurs capitalistes, patrons et actionnaires, avec l’aide de gouvernements à leur service, ont pu préserver leurs intérêts malgré la violence de la crise du COVID. Au contraire, le monde du travail se trouve globalement dans une bien plus mauvaise position depuis la pandémie. Nous devons inverser le rapport de force en luttant ensemble pour défendre nos intérêts de classe. La CNT-SO défend la plateforme de revendications immédiates suivantes 👇

Macron, intensifie la guerre économique contre les travailleur·euses… et les chomeur·euses en particulier !

Dans son discours du 8 novembre 2021, Emmanuel Macron, a remis sur le devant de la scène l’attaque sur l’assurance chômage, attaque concertée de l’Etat et des capitalistes commencée depuis 2019.

Le tract au format pdf : cnt_so_guerre_aux_chomeur_euses_nov2021-

En affirmant que depuis un mois une réforme est en cours il affiche son mépris de classe : il ignore volontairement que ce n’est que le dernier volet d’une réforme qui a commencé avant le premier confinement, et que depuis longtemps des centaines de milliers de travailleur·euses voient leurs conditions économiques et sociales empirer.

En affirmant que l’inactivité paye plus que le travail, Macron sert la soupe du patronat : les sans-emplois gagneraient plus que les salarié·es. Impossible, quand on sait que l’indemnité ne peut être supérieur à 75% des salaires précédemment touchés, et d’une violence symbolique inouïe au regard de la nouvelle méthode de calcul de l’indemnisation qui réalise la volonté de celles et ceux qui nous exploitent : travailler plus pour gagner moins dans des conditions dégradées.

En affirmant vouloir renforcer la chasse, le contrôle et la radiation des chômeur·euses, le Président de la république fait des personnes sans-emplois les boucs-émissaires d’un système où contrats courts ou précaires riment avec faibles rémunérations et cela pour des secteurs entiers du salariat et du prolétariat : les premiers et premières de corvées du capitalisme, celles et ceux qui font tourner le pays.

Ces nouvelles attaques ne concernent pas que les seul·es chômeu·euses : comme pour les retraites, toutes les personnes salariées sans exception seront victimes de ce système. Par ces « réformes » l’Etat entend accentuer la pression sur les travailleur-se-s et les salaires, à une époque où les capacités d’intégration du capitalisme se restreignent. Le travail, dans la mesure où il nous permet d’obtenir l’argent indispensable à notre survie dans cette réalité, devient de plus en plus un devoir et le fait de toucher une indemnité chômage une exception. En baissant le montant de l’A.R.E., ils nous appauvrissent ; en rallongeant la durée de cotisation, ils nous forcent à subir plus longtemps des conditions de travail merdiques ; en renforçant les contrôles et radiations, ils nous forcent à accepter des offres indécentes sous peine de voir priver de ressources, tout en sachant qu’une bonne partie des offres d’emplois disponible via Pole-Emploi sont bidons ou illégales, comme l’a montré une récente étude de la CGT Chômeurs-Précaires. Tous les temps partiels à l’année (saisonniers, CDD, Intérimaires…), vont voir leur indemnisation réduite, voire n’y auront plus droit : comment exclure du système les plus précaires ?!

Les secteurs les plus créateurs de chômage et de précarité en terme de salaire et type de contrat (logistique ; restauration ; grande distribution ; nettoyage ; bâtiment ; industrie ; culture ; social…), sont des secteurs aux conditions de travail difficiles où les exploitées cherchent en permanence à joindre les deux bouts. Et après, ils et elles viennent nous dirent que la main d’œuvre manque dans la restauration, la logistique ou le bâtiment : qu’ils viennent passer une journée debout pour servir des plats ; trier, livrer des colis ou brasser des matériaux pour des miettes de salaires. Parmi les précaires, les femmes seront les plus touchées par cette « réforme », car ce sont elles qui subissent le plus les temps partiels, les carrières discontinues et les faibles rémunérations.

Main dans la main, l’Etat capitaliste et le patronat continuent de percer des trous dans la coque pour nous dire que le bateau coule alors que c’est pour accroître leurs profits. Les sans-emplois coûteraient trop cher et cette « réforme » permettrait d’économiser à peine plus d’un milliard : ils et elles nous font payer leur crise. Tout en sachant que le patronat ne paye pas sa part, via de multiples exonérations de cotisations patronales, c’est le financement de la caisse d’assurance chômage (mais aussi des caisses maladies et retraites et tout ce qui fait le système de sécurité sociale collective) qui se voit réduit : on coupe certaines sources et on dit que le système n’est plus fiable car il est en déficit. Le néo-libéralisme crée les conditions de dégradation et d’appauvrissement dont il nous accuse et que nous subissons. Alors que les récentes analyses économiques et politiques relayés par les médias, s’accordent à dire que la « légendaire croissance » serait de retour et plus forte que prévue, le « ruissellement » n’aura pas lieu, bien au contraire : en faisant des plus précaires la cible de leur guerre économique, les capitalistes ne font qu’appauvrir et détériorer nos conditions de vie.

C’est pourquoi c’est à nous, travailleur·euses du privé ou du public, avec ou sans qualifications ou diplômes, avec ou sans papiers, de nous organiser et de lutter contre cette attaque et toutes les autres ! Nous n’aurons que ce nous leurs prendront, de grès ou de force ! Tant qu’on nous forcera à travailler, imposons nos conditions de travail et d’indemnisation !

C’est pourquoi, à la CNT-SO nous réclamons et revendiquons :
    • L’annulation de la réforme de l’assurance-chômage et la mise en place de réels financements patronaux de l’assurance-chômage : aux exploiteurs de payer !

    • La hausse du SMIC et de tous les bas salaires par la réduction drastique des écarts salariaux ; l’intégration au salaire des toutes les primes qui ne rentrent pas dans le salaire réel : gagner plus pour celles et ceux qui ont le moins et qui sont les plus nécessaires !

    • La réduction du temps de travail SANS perte de salaire : travailler moins car le travail ne doit pas être un devoir mais un moyen !

    • La hausse de tous les minimas sociaux et l’élargissement des conditions d’accès aux aides sociales (RSA ; allocation adulte handicapé ; aide au logement et à la parentalité ; minimum retraite…)

Non à la destruction de l’assurance chômage ! Pas de droit au travail sans un haut niveau d’indemnité chômage et de protections collectives ! Non à la dégradation des condition d’exploitation ! Vive la lutte sociale, vive le prolétariat, luttons pour gagner !

 

Aide à domicile : mise à jour de la CCN de la BAD

Un nouvel avenant vient mettre à jour la convention collective de la Branche de l’aide, de l’accompagnement, des soins et des services à domicile (BAD). On fait le point.

Dans la continuité de l’avenant 43/2020 du 26 février 2020 refondant l’intégralité des dispositions relatives à la classification des emplois et au système de rémunération prévues au Titre III de la convention collective, ce nouvel avenant 49/2021 signé le 1er juillet 2021 a été agréé par arrêté du 4 octobre 2021, publié au Journal Officiel le 8 octobre 2021. Il vient modifier deux dimensions de la CCN :

Il met d’une part à jour certains articles de la convention collective en raison de la nouvelle classification des emplois, et plus particulièrement, les références aux catégories d’emplois (A, B, C, D, G, H, I) qui sont remplacées par les degrés 1 et 2 et les catégories «employés», «techniciens – agents de maîtrise» et «cadres ». Les articles ainsi mis à jour sont les suivants :

  •         Période d’essai (article 16.1 du titre IV)
  •         Préavis en cas de licenciement (article 26.1 du titre IV)
  •         Préavis en cas de démission (article 27 du titre IV)
  •         Travail de nuit (article 26 du titre V)
  •         CDI Intermittent (article 47 du titre V)


D’autre part, cet avenant met en conformité la convention collective au regard des dispositions légales concernant les modalités de calcul de l’indemnité de licenciement (article 26.1 du titre IV)

Pour le moment cet avenant est applicable aux associations adhérentes à l’une des quatre fédérations signataires, c’est à dire UNADMR, UNA, ADEDOM et FNAAFP CSF.

A noter qu’un avis d’extension a été publié le 19 octobre dernier au Journal Officiel et il faut attendre la publication au JO de l’arrêté d’extension pour qu’il s’applique à l’ensemble des structures.

Pour aller plus loin :

Crise sanitaire & sociale : plateforme revendicative de la CNT-SO

Les secteurs capitalistes, patrons et actionnaires, avec l’aide de gouvernements à leur service, ont pu préserver leurs intérêts malgré la violence de la crise du COVID. Au contraire, le monde du travail se trouve globalement dans une bien plus mauvaise position depuis la pandémie. Nous devons inverser le rapport de force en luttant ensemble pour défendre nos intérêts de classe. La CNT-SO défend la plateforme de revendications immédiates suivantes 👇

La transformation sociale :

une urgence !

Le capitalisme et son développement prédateur sont largement responsables de la pandémie actuelle et des atteintes en cours à l’environnement. L’organisation injuste et inégalitaire de nos sociétés et économies a démultiplié les effets dévastateurs du virus.

Il est temps d’avancer collectivement vers une transformation sociale majeure en rupture avec le capitalisme.  Parce-que nous produisons tous les biens et services et que nous en sommes les consommateur·trices ou usager·ères, les travailleur·euses peuvent directement gérer la société sans intermédiaires parasites. Loin des replis identitaires et xénophobes, portons ce projet émancipateur pour notre classe avec tous.tes les travailleur·euses sans distinctions !

Le 05 octobre, dans tous les secteurs, on grève et on manifeste !

Salarié·es du privé et du public, privé·es d’emploi et retraité·es, mobilisons nous le plus massivement pour la grève nationale interprofessionnelle du 5 octobre pour faire entendre nos intérêts de classe !
05 octobre : téléchargez l’appel de la CNT-SO (pdf)

Depuis bientôt deux ans, les travailleur·euses sont en première ligne face à la crise du COVID19 et subissent les conséquences d’une politique sanitaire désastreuse menée dans l’intérêt des élites économiques. Pendant que les capitalistes et profiteurs continuent de s’enrichir, nous sommes touché·es par les effets de la crise économique : multiplications des plans sociaux, chômage massif, remise en cause des droits acquis…

Pourtant indispensables à la machine économique, des milliers d’entre nous sont exclu·es des droits sociaux : travailleur·euses ubérisé·es, sans-papiers et migrant·es.

Le basculement dans la pauvreté est une réalité pour plusieurs millions de personnes tout comme les conséquences de la vie chère. A l’inverse des salaires, les prix s’envolent : logement, énergies… Pourtant on va nous demander de rembourser, dans les prochaines années, l’argent public qui a maintenu sous perfusion entreprises et actionnaires !

Le gouvernement se sert déjà de l’épouvantail de  la « dette COVID » pour justifier la poursuite de ses attaques contre le monde du travail : nouvelles restrictions sur l’assurance chômage pour le 01er octobre, menaces sur les retraites et le système de protection sociale… Si on laisse faire, nous allons connaître des années de politiques d’austérité et une saignée pour les services publics, déjà mis à mal ces dernières décennies. Au contraire, avec la pandémie, on a vu leur utilité : ils doivent être la priorité !

La sortie de la crise sanitaire est encore incertaine et nous devons rester fermes sur la défense de notre santé sans tomber dans les réponses autoritaires dont le pass sanitaire est le pire exemple.

Malgré ce sombre tableau, ne nous résignons-pas ! Les travailleurs·euses ont des objectifs totalement à l’opposé du patronat et du gouvernement à son service et c’est en construisant le rapport de force que nous pouvons les atteindre !

Soyons nombreux-euses le 05 octobre, construisons la suite dans nos entreprises ou services  !

Tous et toutes dans l’action sur la base de revendications immédiates :

• Pour une gestion sanitaire non-autoritaire et sociale !

• Pour un état d’urgence social (logement, emploi, précarité, jeunesse…) !

• Annulation complète de la dernière réforme du chômage et de la réforme des retraites.

• Priorité aux services publics

• Augmentation générale des salaires et baisse du temps de travail

• Pour le gel des licenciements et la réquisition par les travailleurs-euses des entreprises en faillites

Crise sanitaire et sociale : téléchargez la plateforme revendicative de la CNT-SO (pdf)

La transformation sociale : une urgence !

Le capitalisme et son développement prédateur sont largement responsables de la pandémie actuelle et des atteintes en cours à l’environnement. L’organisation injuste et inégalitaire de nos sociétés et économies a démultiplié les effets dévastateurs du virus.

Il est temps d’avancer collectivement vers une transformation sociale majeure en rupture avec le capitalisme.  Parce-que nous produisons tous les biens et services et que nous en sommes les consommateur·trices ou usager·ères, les travailleur·euses peuvent directement gérer la société sans intermédiaires parasites. Loin des replis identitaires et xénophobes, portons ce projet émancipateur pour notre classe avec tous.tes les travailleur·euses sans distinctions !

Défenseurs syndicaux : la liberté de choix rétablie !

Toutes les organisations syndicales, sans discrimination, peuvent désormais désigner des défenseurs syndicaux pour assister les salarié-es devant les conseils de Prud’hommes et les cours d’appel.

Saisi par la CNT-Solidarité ouvrière, le Conseil constitutionnel censure une disposition des ordonnances Macron de 2017 qui réservait aux seules « organisations syndicales d’employeurs et de salariés représentatives au niveau national et interprofessionnel, national et multiprofessionnel ou dans au moins une branche » (art. L. 1453-4 du Code du travail) la possibilité de proposer la désignation de défenseurs syndicaux.

La CNT-Solidarité Ouvrière soutenait que cette disposition était discriminatoire, tant pour les organisations syndicales exclues de ce droit que pour leurs adhérent-es. Le gouvernement soutenait, au contraire, qu’il s’agissait d’une mesure de nature à assurer la compétence des défenseurs syndicaux et à éviter la création « d’officines privées » usurpant le statut de syndicat.

Le Conseil constitutionnel considère que le critère de représentativité « ne traduit pas la capacité d’une organisation syndicale à désigner des candidats aptes à assurer cette fonction ». Le Conseil écarte également une différence de traitement justifiée par un motif d’intérêt général. Il déclare donc contraire à la Constitution les dispositions de cet article du Code du travail avec effet immédiat.

La CNT-SO salue cette décision favorable à la liberté syndicale qui va permettre d’améliorer encore les capacités de défense syndicale des droits de tous-tes les travailleur-euses !

…………………………………………..

…………………………………………..

Vidéo de la séance

 

 

COVID-19 : le combat pour la santé et les intérêts des travailleur·euses continue !

        Face à une nouvelle vague épidémique, Macron et ses troupes choisissent encore une réponse chaotique, autoritaire et certainement inefficace… 
        L’extension rapide du pass sanitaire, décidée sans anticipation, par Macron s’est heurtée immédiatement à la réalité. L’explosion des délais de RDV vient renforcer les inégalités d’accès à la vaccination qui recoupent les inégalités de classe ou les fractures géographiques. Ils ont déjà dû reculer sur les dates d’applications aux ados et salarié·es pour qui les délais étaient irréalistes. De fait le nombre de doses de vaccin n’est pas actuellement suffisant pour couvrir les besoins de toute la population ! 

Ce dispositif qui comporte de multiples « trous dans la raquette » (exemptions, contagiosité après un test ou même parfois chez les personnes vacciné·es…) ne sera pas la solution miracle contre la flambée actuelle du très contagieux variant Delta et ce n’est pas la mesure démagogique de lever les masques en intérieur qui va arranger ça… Plutôt que se cacher derrière la «faute à pas de chance», Macron devrait répondre de ses choix hasardeux à plus de 100000 morts !       

Plus fondamentalement, nous contestons le choix de cet outil autoritaire et liberticide comme mode de gestion de l’épidémie. Depuis des années, la France s’enfonce déjà dans une société de flicage permanent et il faudrait maintenant constamment badger via un smartphone et subir des contrôles pour des activités du quotidien. C’est insupportable ! Nous dénonçons aussi le dangereux mélange des genres induit par le pass : ce n’est pas aux employeurs de contrôler le statut médical des salarié·es ni aux commerçant·es ou agent·es publics celui des client·es et usager·ères !       

Syndicalistes nous sommes également opposé·es à ce que le pass soit une nouvelle source de sanctions disciplinaires pour les employeurs. La suspension sans salaires introduite par le Sénat, n’empêchera pas de licencier (ce que confirme E. Borne dans les médias). Dans un contexte de montée des licenciements, de saccage des droits des chômeur·euses et de reculs sociaux, c’est inacceptable !  Tous les droits des soignant-es et autres travailleur-euses concerné-es doivent être garantis, notamment pour ceux-celles ne pouvant pas être vacciné-es (reclassements sans pertes de salaires…) Nous assumerons notre rôle d’outil de défense collective et individuelle des travailleur·euses par l’action de terrain comme juridique.

Pour une gestion sanitaire non-autoritaire !


        Il faut combattre l’autoritarisme et la politique de santé défaillante de Macron mais nous devons tous·tes être très vigilant-es face aux réactionnaires, sectaires ou politicien·nes opportunistes qui prêchent par intérêt la confusion. Ce sont souvent les mêmes qui nous gavaient d’explications simplistes niant l’épidémie ou de discours individualistes et égoïstes voulant laisser crever les vieux et les « faibles » qui surfent aujourd’hui sur le refus ou la méfiance de la vaccination. En empêchant de débattre sereinement sur une politique sanitaire réellement protectrice de la population et de nos intérêts de classe, ces discours servent le pouvoir. Nous savons pourtant que le COVID a bien plus frappé les quartiers populaires et les travailleur·euses en première ligne que les classes aisées. Le virus est bien là et ne pas l’éradiquer serait dangereux et irresponsable !


        La vaccination massive semble actuellement une voie collective majeure pour contrôler l’épidémie avec des effets directs attestés sur la maladie et des effets secondaires relativement faibles. La question de sa généralisation à toute la population, comme d’autres vaccins qui nous ont libéré de maladies du passé, mérite d’être posée, mais démocratiquement, au contraire des choix actuels.       

Dans l’immédiat, les services publics de santé et collectivités doivent réorienter la campagne vaccinale pour qu’elle desserve réellement toutes les populations et territoires sans exceptions. La barrière du numérique doit être dépassée et la vaccination proposée au plus près des lieux de vie et de travail ce qui n’est pas toujours le cas actuellement. Dans tous les secteurs professionnels, elle doit pouvoir aussi se faire en relation avec la médecine du travail et être facilitée pour les salarié·es (congé rémunéré…).        

Nous considérons que la vaccination est un « bien commun de l’humanité» et refusons par contre qu’elle soit source de profit pour les capitalistes de l’industrie pharmaceutique. Avec un collectif d’organisations, nous avons milité dès février pour une levée des brevets, une mutualisation des connaissances ou la réquisition des entreprises pharmaceutiques pour produire en masse les vaccins et les diffuser égalitairement dans tous les pays. Il n’y aura pas de contrôle de la pandémie à l’échelle mondiale sans cet accès libéré.        

La stratégie vaccinale ne pourra pas tout régler et des mesures non-pharmaceutiques seront inévitables. La lutte contre la pandémie doit s’accompagner de mesures sociales : distribution gratuites de masques, revenus garantis à 100% en cas d’isolement ou de mise au chômage partiel, réquisitions de logements pour les personnes à la rue ou mal logé·es, soutien à ceux·celles vivant seul·les….        

Avec la généralisation de la vaccination aux adultes, le système scolaire va devenir encore plus un vecteur  principal de contamination, il faut anticiper la rentrée des classes pour la sécuriser notamment concernant l’aération des locaux comme tous les autres lieux fermés accueillant du public. Après 16 mois de pandémie, la situation globale exige un plan d’urgence pour les hôpitaux à hauteur des besoins formulés par les soignant·es et une revalorisation de tous leurs personnels , un investissement massif dans les soins à domicile et pour les travailleur·euses du secteur.

cnt_so_vaccin_octobre20-2.png

Ce n’est pas aux travailleur·euses de payer la crise !

        La sortie de la pandémie semble toujours incertaine et ce sont les travailleur·euses qui en subissent le plus les conséquences sociales : multiplications des plans sociaux et licenciements, remise en cause des droits acquis… Les entreprises et actionnaires ont été perfusés d’argent public qu’il faudrait rembourser dans les prochaines années. Le gouvernement s’en sert déjà pour justifier la poursuite de ses attaques contre le monde du travail : nouvelles restrictions sur l’assurance chômage pour octobre, attaques à venir sur les retraites…        

Pour protéger les travailleur·euses de la pandémie comme des effets de la crise économique, nous devons imposer d’autres choix immédiats :  maintien des droits pour les chômeur·euses, hausse des minimas sociaux, refus de l’UBERisation, gel des licenciements, réquisition et contrôle ouvrier sur les entreprises en faillite ou subventionnées par l’argent public…  


        Une transformation sociale profonde en rupture avec le capitalisme est aussi nécessaire ! Le capitalisme et son développement prédateur sont largement responsables de la pandémie actuelle et des atteintes en cours à notre environnement. Plus que le virus, c’est l’organisation injuste et inégalitaire de nos sociétés et économies qui provoque les effets dévastateurs que nous subissons. Ne laissons pas les secteurs capitalistes tirer profit de la crise pour encore accentuer leur poids sur nos vies : opposons-leur notre projet de société émancipateur basé sur l’égalité économique et sociale, la démocratie directe, la gestion collective de la production et de sa répartition.

C’est nous qui travaillons, c’est nous qui décidons !

Réforme de l’assurance-chômage : mobilisons-nous jusqu’au retrait !

Depuis plusieurs mois, les travailleuses et les travailleurs du secteur culturel, des arts et du spectacle, et d’autres travailleurs précaires de différents secteurs, se battent contre la réforme de l’assurance chômage, notamment au sein du mouvement d’occupation des théâtres. 

Le Conseil d’État a suspendu le 22 juin 2021 plusieurs articles du décret sur l’assurance chômage notamment celui sur le calcul des allocations chômages.

Ce nouveau calcul qui prenait en compte les jours travaillés mais surtout les jours non travaillés réduisaient drastiquement le montant des indemnités chômage.

La réforme de l’assurance chômage c’est toujours, depuis novembre 2019 :

  • Travailler plus et plus longtemps pour ouvrir des droits (6 mois de travail à temps plein sur les 24 derniers mois contre 4 mois sur les 28 derniers mois avant la réforme)
  • L’énorme difficulté pour recharger ses droits (il faudrait maintenant 4 mois de travail à temps plein pour recharger son chômage contre 1 mois avant la réforme).

Cette nouvelle réforme c’est la destruction de l’assurance chômage. La CNT-Solidarité Ouvrière exige son retrait simple et définitif !

Une victoire mitigée

Déjà repoussée et retoquée en janvier 2021, la décision du Conseil d’État nous laisse un répit de quelques mois. Mais ne nous y trompons pas, cela risque bel et bien de n’être qu’un répit.

En effet, le Conseil d’État a statué en urgence, mais pas sur le fond : En effet c’est surtout la date du 1er juillet qui est problématique. Ainsi on peut lire dans leur décision : « les incertitudes sur la situation économique ne permettent pas de mettre en place, à cette date, ces nouvelles règles qui sont censées favoriser la stabilité de l’emploi en rendant moins favorable l’indemnisation du chômage des salariés ayant alterné contrats courts et inactivité. ».

Cette décision ne revient donc pas que cette idée grotesque que réduire nos allocations au chômage inciteraient les gens à accepter de meilleures emplois. La mauvaise blague. Nous ne choisissons pas d’être travailleur.se précaire !

Pour rappel c’est le capitalisme qui créé cette précarité : toujours plus de flexibilité, de contrats courts, de temps partiels, de cadences… Les précaires ne choisissent pas leur situation, les patrons, eux, en profitent.

La réforme n’est pas remise en cause, elle n’est pas encore enterrée et seul un aspect n’est pas encore actif, restons mobilisé. Cette réforme ne doit jamais passer peu importe le contexte. Profitons de ce répit pour préparer la riposte sociale !

La précarité sous le covid, la précarité toujours !

Comme nous ne choisissons pas nos situations précaires, nous n’avons pas choisi de subir de plein fouet la crise du covid. Les travailleuses et travailleurs précaires (CDD, saisonnier.e.s, intermittent.e.s du spectacles) sont les plus touchés par le covid et le seront aussi par cette réforme.

Mais n’oublions pas que c’est tout.e.s les salarié.e.s qui sont concerné.e.s, c’est une attaque de classe, comme pour la dite « réforme des retraites » ! Cette dernière n’est d’ailleurs pas enterrée, depuis le 3 juin le bruit court qu’une nouvelle mouture se prépare… Alors, nous aussi !

Seul un mouvement social d’ampleur permettra de faire annuler ces réformes, avec ou sans l’avis du conseil d’état.

La lutte paye ! Continuons-la ! Restons mobilisé.e.s !

Pour faire plier le capital et l’état, organisons le blocage de l’économie, dans tous les secteurs ! Préparons des caisses de grèves, discutons entre travailleur.se.s, entre nous.

Si le mouvement d’occupation des théâtres n’a toujours su employer les moyens d’action pour atteindre le capital, nous devons dès à présent monter encore le rapport de force. Organisons le blocage de l’économie et construisons la grève générale !

Contre les « réformes » de l’assurance chômage et des retraites ; contre la loi Travail ; contre la destruction des protections sociales collectives ; les lois liberticides ; contre les politiques d’austérités

Pour :

  • La réduction du temps de travail
  • La hausse des salaires les plus bas et des minimas sociaux
  • L’égalité salariale pour tout.e.s et tous
  • Des protections sociales collectives de qualité
  • L’amélioration des conditions de travail

1er mai, pour l’honneur des travailleur·euses et un monde meilleur, soyons nombreux·euses dans la rue !

Le 1er mai est toujours une date importante pour le mouvement syndical. Ce n’est pas la « fête du travail » mais depuis plus d’un siècle, une journée de lutte internationale où les travailleur·euses du monde entier portent les revendications du camp du Travail pour le progrès social et l’égalité, nos aspirations à un monde libéré de l’exploitation au profit d’une minorité.